FONDS ACRYLIQUES

/ FONDS ACRYLIQUES  /

 

 

/ Héraclitologie /

                                                     

                                            D'Héraclite,

                                                      l'écoulement, maintenant immobile.

                                                      De Vermeer,

                                                      un poulpe aux doigts lactés.

                                                       De goya,

                                                       un corps ingurgité.

                                                       Mais de quel peintre, de quel catalan,

                                                       pourrait bien me venir la mémoire d'une montre?

 

 

Le regard des oursins/format 140 x 140/ acrylique sur lin de Madrid/décembre 2011.jpg

/ Le regard des oursins /
 
 
"Crâne énorme comme égo surdimensionné d’Icare. Aussi sombre que certaines de tes pensées, mais ta lumière est dans le détail vade retro, regard des oursins aigu et multiple comme test, reflet de notre nous-mêmes, de ton tu-même.Oursins surveillant la mort de l’être noyé dans son liquide monde incertaligne d’un horizon virtuel trouble conscience de l’observateur  et coupe l’orbite transparente du crâne comme appel à la vacuité de nos positions intellectuelles."  Jacques Lhoumeau.

 

la-grande-huitre-cosmuique2.jpg / La grande huitre cosmique /

 

 

La parole retrouvée/ Acrylique sur lin de Madrid/Format 140 x 140/ Photo Alain Dussarat

/ La parole retrouvée /

 

 

  La pieuvre. format 60 x 70 acrylique sur lin de Madrid. juillet 2011

/ Poulpitude 2 /

 

 

L'invention des planètes. Acrylique sur lin de Madrid. Format60 x73. Juillet 2011.

/ Poulpitude 1 /

 

 

La parole retrouvée/ Détail : la crevette a des bras dans la tête/photo Alain Dussarat

/Oeil de crevette / / La parole retrouvée - détail / 

Non d'un oeil de crevette!

 

La parole perdue/ acrylique sur lin de Madrid/ 140 x140/avril 2012/ détail: l'étoile.

/ Cavalier astral / / La parole retrouvée - détail / 

Résilience : des ballades de Brahms, Chopin, Litszt, jouées par le pianiste Pierre Le Bihan. Avec elles, en résilience,  sur une lune ailée cheminant, le cavalier astral.

 

 

L'invention des planètes. Détail: l'écume. Acrylique sur lin de madrid. Format 60 x73. Juillet 2011.

/  Nu sous les bulles  / / Poulpitude 1 - détail / 

 

 

La parole retrouvée/ Détail:  mamelles aréolées de balayettes/ Photo Alain Dussarat

/ Ballet de mamelles / / Poulpitude 1 - détail / 

 

 

 La pieuvre. format 60 x 70 acrylique sur lin de Madrid. juillet 2011 Détail: la céphalée.

/  Mamelle céphalée  / / Poulpitude 1 - détail / 

 

 

La parole retrouvée/ acrylique sur lin de Madrid/ 140 x140/avril 2012/ détail les mamelles capilaires

/ Ballet de mamelles / / Poulpitude 1 - détail / 

 

 

Le regard des oursins / Détail : le géniteur/ photo: Alain Dussarat

/ Oursinphale / / Le regard des oursins - détail / 

Hercule taclait les oiseaux d'un lac de même consonnance.

 

Le regard des oursins / Détail : l'oeil de vulve ombilical/ photo: Alain Dussarat/ Naissance/ / Le regard des oursins - détail / 

 

 

Le regard des oursins/Détail: la vulve piquante/Photo Alain Dussarat./ Oursinette / / Le regard des oursins - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : le frou-frou des lèvres/photo Alain Dussarat/ Levres / / Le regard des oursins - détail / 

Je les dirais tactiles.

 

La grande huitre cosmique/ Détail : les cavaliers d'écume/photo Alain Dussarat

/  Cavaliers d'écume / / Le regard des oursins - détail / 

 

 

La parole retrouvée/ acrylique sur lin de Madrid/ 140 x140/avril 2012/détail:l'oeil/  Aguet / / La parole retrouvée - détail / 

 

 La grande huitre cosmique/ Détail : l'oeil aérostat/photo Alain Dussarat

/  Oeil-aérostat / / La grande huitre cosmique - détail / 

 

 

 L'invention des planètes. détail le Rêveur.

/ Bulleur / / Poulpitude 1 - détail / 

 

 

 la grande huitre cosmique/détail/ les chasseurs d'étoiles

/  Guerriers / / la grande huitre cosmique - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : le soleil et la lune/photo Alain Dussarat/  Fanfares / / la grande huitre cosmique - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : les religieux/photo Alain Dussarat/  Religieux / / la grande huitre cosmique - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : la rive nacrée/photo Alain Dussarat/  Circonvolutions nacrées/ / la grande huitre cosmique - détail / 

 

 

La pieuvre détail : l'oeil; juillet 2011; format 60 x 70 acrylique sur lin de Madrdid.

 /  Regard  / /  poulpitude 1 - détail / 

 

 

Cheval de lune détail.Acrylique sur lin de Madrid. Format 60 x 73. Juillet 2011

/ Cheval de Lune / /  Quinconcision - détail / 

 

 

Les méduses. Acrylique sur lin de Madrid. Format 60 x 73. Juillet 2011.

/  Méduses /

Noyé nu en casquette ; au fond, l' Aquitania.

 

L'invention des planètes. Détail: l'oeil de la pieuvre. Acrylique sur lin de madrid. Format 60 x73. Juillet 2011.

 /  Regard  / /  poulpitude 1 - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : le regard de l'abîme/photo Alain Dussarat

/ Vulve oculaire / / La grande huitre cosmique- détail / 

 

Les méduses. Détail. Acrylique sur lin de Madrid.Format 60 x 73.

 /  Méduses / /   Méduses - détail / 

 

La parole retrouvée/ Détail: l'ouie/ Photo Alain Dussarat

 / Ecoute / /  La parole retrouvée - détail / 

 

 La grande huitre cosmique/ Détail : les chasseurs d'étoiles/photo Alain Dussarat / Guerriers / /  Lagrande huitre cosmique - détail / 

 

 

aldussleLa parole retrouvée/ Détai: les Erinyes/ Photo Alain Dussarats-erynnies.jpg

 / Les Erynies / /  La parole retrouvée - détail / 

 

 

 

 

 

Cheval de lune. Acrymique sur lin de Madrid. Format 60 x 73. Juillet 2011.

 /  Quinconcision /

 

 

L'invention des planètes. Détail: la main tentacule. Acrylique sur lin de madrid. Format 60 x73. Juillet 2011.

  / Le Baptiste / /   Poulpitude 2 - détail / 

 

 Le regard des oursins/détail: le chien mélancolique/ format 140x140/ acrylique sur lin de Madrid/2011

 /  Le chien triste/ /   Le regard des oursins - détail / 

 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : le fond de l'oeil aerostat/photo Alain Dussarat

  / Fond d'oeil / /  La grande huitre cosmique - détail / 

 

 

La parole retrouvée / Détail : le cavalier d'étoile/ Photo Alain Dussarat.

 /  Cavalier astral / /  La parole retrouvée - détail / 

Résilience, des ballades de Brahms, Chopin et Litszt jouées par le pianiste Pierre Le Bihan dans la course nocturne d'un cavalier astral, la lueur d'un chant.

 

La grande huitre cosmique/ Détail : autoportrait/photo Alain Dussarat / Autoportrait / /  La grande huitre cosmique - détail / 

 

La grande huitre cosmique/ Détail : un cavalier bleu/photo Alain Dussarat

/  Cavalierà la sphère/ /  La grande huitre cosmique - détail / 

 

 

 

LA GRANDE HUITRE COSMIQUE ET SES SŒURS ACRYLIQUES

 Le regard des oursins/ Acrylique sur lin de madrid/ Format 140 x 140/Photo Alain DussaratLa parole retrouvée/ Acrylique sur lin de Madrid/Format 140 x 140/ Photo Alain DussaratLa grande huitre cosmique/ Acrylique sur lin de Madrid/ Format 140 x140/photo Alain Dussarat

 Ici et maintenant, voici trois immersions nocturnes.  Du plus profond des reflets qui hantent la surface des eaux, ce sont des miroirs traversés. Les trois sœurs de toile peignent un au-delà. Elles incarnent en présence, un monde sous-jacent.

Je ne sais pas s’il est d’avant ou d’après le temps.  

Instant fixe, moment perpétuel, ils n’a rien d’un mouvement arrêté : il est là, il demeure.

Toutes de toile pure : du lin de Madrid finement imbibé d’un enduit transparent, une étendue de fils écrus, elles portent les espaces et les corps que l’unité du fusain et d’une gamme tricolore noire, blanche et bleu ciel presque-à-peine rouge suggère.

Le lin, nous nous en souvenons, fut souvent la matière des suaires : il sait garder les rêves imprimés au fond des yeux, les images persistantes nageant dans les abîmes  au plus profond des flaques.

 Toutes contiennent un horizon. Il se déroule souvent au même niveau de chacune des toiles à la base de son tiers supérieur. Mais le lieu n’est pas immuable. Parfois, autant que moi, il chavire et s’évade. Frontière optique, symbole en interface de la terre et du ciel, il est le lieu de notre rencontre avec l’infini. Là, au plus lointain, il recueille la projection de nos regards.

Observez s’il vous attire.

Dans le regard des oursins, il traverse les yeux du crâne aux orbites ouvertes.

Dans la Grande huitre cosmique, il suggère par-dessous et fantôme, le lointain rivage qui convertit le coquillage en embarcation, le sédiment en navire.

Dans la Parole retrouvée, il réunit d’un même fil les astres du jour et de la nuit, un œil et une oreille.

Toutes ces toiles sont des perspectives.

 

Le regard des oursins/ Acrylique sur lin de madrid/ Format 140 x 140/Photo Alain Dussarat

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici le regard des oursins.

 Un silence absolu règne dans le mystère des eaux. Un crâne les illumine.  Limpide, net, il se tient parfaitement droit. Aucune gite, aucun courant n’a compromis son équilibre. Sa mandibule est en place, prête à mordre, à chanter. Il ne lui manque aucune dent. Aucune lézarde ne se faufile. Rien ne le fragilise. Pourtant un pan entier a quitté l’occiput : ses fosses orbitales sont à jamais ouvertes, son regard s’est à jamais enfuit, plus rien ne pourra plus jamais le contenir. Au-delà, le crâne lui-même a répandu ses pensées.  Ouvert, extime, il écrit l’horizon au plus profond des yeux.

Autour de lui, s’étend un champ d’oursins. Noirs et bleus comme des satellites, ils entrouvrent l’amande de leurs bouches. Sexes féminins aux paupières écarquillées, ils contiennent des yeux luisants, chuchotent des prunelles bleues et lisses. Sexes masculins tendus, extraits de la matrice, au-delà des lèvres en amande, échappés de la sphère d’une femelle oursin, ils expriment des bulles oculaires. Reliés au cœur des vulves piquantes par des pédoncules veineux, d’autres yeux leurs répondent. Ce sont des algues ancrées aux fonds des fonds marins. Un regard multiple s’élève de la noirceur des eaux. Ecoutez-le, il bouge. Regardez-le répandre à son tour la lumière grain par grain. Depuis les entrailles des femmes échinodermes, échappés d’un pénis abyssal, ils s’élèvent de l’obscurité féconde. Ils sont le regard de la nuit. Ils sont : les planètes.

Un chien mélancolique rêve en silence d’un nouveau jour tout prêt à s’élever mais encore retenu. Les cavaliers d’écume (je les crois bien poètes) surgissent de la dentelle d’une fragile vague tout juste soupçonnée. Ils sont armés de lances et portent des drapeaux.

 

 La grande huitre cosmique/ Acrylique sur lin de Madrid/ Format 140 x140/photo Alain Dussarat

Voici la Grande huitre cosmique.

La nuit murmure la promesse d’un chant nouveau. La nacre éclairée des coquilles a recouvert l’obscurité.  Epanouie et ouverte, l’huitre livre sa chair à la contemplation. Le clapotement de ses eaux neuves s’étend d’un ourlet noir et couronné de cils. Ils glissent sur les flancs lisses de ses courbes polies en pleins et déliés. Elle se recroqueville, se répand et s’étale à cœur ouvert.

L’huitre est originelle. J’y retrouve l’agate, la bille évaporée de mon enfance, les nuages spiralés de son cristal qui m’emmenait si loin, l’iris et l’œil en ses humeurs lactées, le goût salé des larmes, l’halètement houleux d’un océan premier, le miroir secret retenu par les eaux, bien avant la lumière.

L’huitre est originelle, elle est sexe, paysage, quintessence du monde. Elle est l’océan, voyez comme elle ondule. Elle est le ciel, noir, gris-blanc et bleu. Elle est la terre, le fragment coquiller qui craque sous la dent et reste sur la langue. Elle est le vent, le souffle iodé de l’océan, l’immensité lointaine qui chante aux yeux fermés.

L’huitre est originelle, elle sécrète une perle du rien d’un grain de sable. Elle porte des planètes au fond de ses entrailles.  Elle murmure à l’espace les voiles étoilés des rameaux galactiques.

La voir ainsi ouverte dans le tréfonds des eaux est un tableau surréel. Il n’appartient qu’à ceux qui dégustent des huitres sur un plateau livré au creux des fosses abyssales, à ceux  qui s’émerveillent à la lueur de leurs noires phosphorescences. Eventrées à la surface des assiettes, elles s’effacent, s’avalent, se déchirent, s’assèchent…N’est-ce pas ainsi que va la poésie quand, extirpée de ses planants mystères, elle gît  parmi le contingent ?

Le corps des eaux nocturne s’est ouvert en amande. Un œil transparait de sa bogue entrouverte.  Plus haut comme une montgolfière, il s’élève en douceur du creux de la coquille. Il noue au filin de ses veines le corps d’une planète.  Viens, lui dit-il : «  Ensemble, nous irons plus loin. La route sera longue, mais nous irons plus loin ». 

Les lieux se superposent, les images se croisent. L’huitre se fait tête d’aigle ou d’oiseau-perroquet ; sa queue, langue de lézard, sifflement de serpent.

Les lanciers-cavaliers en armes et drapeaux, archers, conquérants, religieux chapeauté d’auréole et entourés de fers ou quelqu’un comme  moi coiffé d’une couronne sur un bateau de bois sont ici sur la rive de la grande huitre cosmique.  Là, devant-eux, comme éclairé de nacre, un œil-aérostat chargé d’une planète élève son regard.

 La parole retrouvée/ Acrylique sur lin de Madrid/Format 140 x 140/ Photo Alain Dussarat

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici la Parole retrouvée.

La mandibule a rejoint la surface des eaux. La boite crânienne s’est dissipée. Le spectre d’un visage s’y est substitué. Sa tempe s’est ouverte au lointain. De ce front, il vient comme un miroir dont je sais le reflet : c’est un regard  à l’oreille décollée entre soleil et lune. Parmi sa chevelure, des corps enchevêtrés. Hommes, femmes, emmêlées de membres en synapses, ils creusent le cerveau de son demi-visage dissipé en plein ciel.

Avant que le visage ne s’impose en image, avant que la chevelure de  ces corps emmêlés bleus et blancs ne recouvre le séjour des pensées intérieures, j’avais imaginé une sorte de conversation : deux individus échangeaient des mots de part et d’autre d’une table dans la transparence d’une tête. Je n’entendais rien de leurs dires. Narcisse et Goldmund, Je savais qu’ils se parlaient. J’essayais de deviner ce qu’ils pouvaient se dire, de lire sur leurs lèvres encore indessinées.

 Mais la scène pesait trop.

J’avais commencé à la peindre, mais elle était trop lourde.

Je l’ai recouverte.

Elle luttait avec l’apparition qui m’était survenue au premier lieu du tableau. La toile n’était encore que de lin écru et d’aucun signe. Elle était intacte. Aucune tâche ne l’avait atteinte, mais je ressentais déjà l’irrésistible besoin de peindre une crevette bleue enjambant une mandibule.

L’apparition venait comme un mystère. Il me fallait le décortiquer. Je plaçais devant moi ce que j’avais en tête. Empalé à la pointe d’une pique, j’installais mon modèle. Je le sortais de sa barquette  (c’est ainsi qu’ils atteignent Bordeaux) et engageais la scientifique auscultation de sa nudité cuite et rose.

 Sa chair était contenue dans un étui cartilagineux, une armure pincée d’agrafes parisiennes, aiguisée aux points les plus extrêmes et pommelée de tâches de rousseurs.  

Aidé d’un scalpel, je me suis infiltré dans les charnières de sa carapace, j’ai écarté ses pattes et ses antennes, j’ai déplié tout ce que son corps laissait déplier. Et là j’ai atteins la lumière d’un premier secret : la crevette a des bras dans la tête !

Le heaume effilé et pointu comme le dard d’une licorne à la proue du Nautilus,  le nez qu’elle porte en pic comme à l’avant d’une bat-mobile, n’est pas un occiput, une boite crânienne, un coffret à cervelle, c’est un faisceau de pinces, de rames, de barbiches, de radars et d’outils ordonné par le vide, la béance d’une bouche ouverte à tout-venant.

 Alors j’ai peint ses yeux géodésiques ; j’ai peint ses  longues antennes annelées ; J’ai peint ses mamelles aréolées de balayettes…

Et j’ai vu.

J’ai vu la parole retrouvée.

Jaillissant du silence des eaux les plus profondes, son corps cambré enjambe la relique d’un os décharné, une mandibule dentée d’ivoire et nous tire la langue !

 

Eric Lefeuvre.

 

La parole retrouvée/ acrylique sur lin de Madrid/ 140 x140/avril 2012/ Plein la tête.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau